Choisir le sexe du bébé

Les progrès scientifiques permettent aujourd’hui d’aiguiller sur les possibilités d’avoir un garçon ou une fille. Quelques soient les motivations qui vous poussent à tenter de choisir le sexe de votre enfant, sachez que le principal est certainement que votre bébé se porte bien. Évitez donc les régimes alimentaires draconiens et essayez de vous alimenter de façon à ne pas avoir de carences.
L’alimentation, le moment de conception du bébé, le stress,… sont autant d’éléments en mesure d’influer le sexe du bébé. En effet, par exemple, l’alimentation de la femme avant (au moins 3 mois avant) et pendant la conception de l’enfant peut impacter le pH de la glaire cervicale, qui sera alors plus perméable à certains spermatozoïdes. Aussi, la durée de vie des spermatozoïdes et le moment de la relation sexuelle peut favoriser ou non la progression de certains spermatozoïdes.
Ainsi, les spermatozoïdes porteurs du chromosome X (qui donne une fille) sont plus actifs dans un milieu acide (pH inférieur à 7), plus lent dans la progression pour atteindre l’ovule et plus résistants.
Les spermatozoïdes porteurs du chromosome Y (qui donne un garçon) préfèrent, eux, un milieu basique (pH supérieur à 7). Ils sont rapides pour atteindre l’ovule mais plus fragiles.
Voici donc quelques pistes pour choisir le sexe de son enfant :
Pour avoir une fille :
Avoir un régime alimentaire pauvre en sel, riche en magnésium et calcium (pour rendre le pH de la glaire cervicale acide). Il faut ainsi privilégier les laitages (sauf le fromage), l’eau minérale, le poisson et les œufs, les légumes verts et les fruits secs non salés.
Avoir une relation sexuelle 2 ou 3 jours environ avant l’ovulation afin que les spermatozoïdes qui donnent les garçons meurent avant d’atteindre l’ovule.
Pour avoir un garçon :
Eviter de stresser : l’hormone du stress (cortisol) semble rendre plus compliquée l’implantation de l’embryon mâle dans la paroi de l’utérus. Faire du sport, se détendre avec de la musique apaisante, se faire masser, penser à des choses positives, avoir le soutien de son conjoint etc. peuvent considérablement réduire le cortisol.
Privilégier une alimentation riche en potassium et en sodium (tout en surveillant le poids). Préférez donc les charcuteries, viandes et poissons fumés, apéritifs salés, boissons gazeuses, le beurre salé et les aliments riches en sel. Par contre, les laitages sont à éviter (pour rendre le pH de la glaire cervicale basique).
Avoir une relation sexuelle au moment de l’ovulation afin que les spermatozoïdes qui donnent les filles n’aient pas le temps d’atteindre l’ovule.
En suivant ces conseils vous pourrez éventuellement choisir le sexe de votre futur bébé.
Image associée
Chaque période périnatale est un moment unique dans une vie, si vous souhaitez que je vous accompagne de façon personnalisée, n’hésitez-pas à me contacter

Laisser un commentaire

Suzannie COURRIEU © 2021. Tous droits réservés.